Vous êtes ici

Back to top

Assimi Goita

Ghana : Alpha Condé reçoit Assimi Goita, chef de la junte malienne

Le président guinéen Alpha Condé qui a quitté Conakry hier dans l’après-midi pour un sommet extraordinaire de la Cedeao sur la situation au Mali a reçu mardi Assimi Goita, chef de la junte à Accra.

« J’ai reçu ce matin le colonel Assimi Goïta, président du CNSP. La stabilité du Mali, (où nos soldats sous mandat onusien combattent les djihadistes), est une nécessité pour la sécurité de la sous-région. Sommet CEDÉAO », écrit Alpha Condé sur sa page Facebook.

Français

Mali : IBK a quitté le pays avec la bénédiction du CNSP

L'ex-président du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, a quitté samedi soir Bamako pour des soins aux Emirats arabes unis, plus de deux semaines après son renversement par une junte qui a ouvert le même jour des consultations sur la transition.

M. Keïta dit IBK, "a quitté par vol spécial Bamako cette nuit pour Abou Dhabi pour des soins" médicaux, a dit à l'AFP une source aéroportuaire.

Français

Crise malienne: début des concertations nationales sur la transition

La junte au pouvoir au Mali depuis trois semaines lance samedi et dimanche, sous le regard attentif de la communauté internationale, une vaste consultation avec les partis politiques et la société civile, sur la transition censée ramener les civils à la tête de ce pays en proie aux attaques jihadistes meurtrières.

 

Français

Mali : La Minusma enquête sur les morts lors des manifestations et pendant le coup d'état

Trois morts à Kayes, un à Sikasso, quatorze à Bamako, et plus de 150 blessés.

Voilà le bilan de la répression des différentes journées de manifestations qui ont précédé la chute de l’ex-président Ibrahim Boubacar Keita, selon les recoupements effectués par les enquêteurs de la Minusma, la force de l'ONU dans le pays. Ils ont été victimes de différentes forces de sécurité maliennes : police, gendarmerie et Forsat, la force antiterroriste, dont les enquêteurs onusiens questionnent l’utilisation.

Français

Hospitalisation d'IBK: l’ex-président malien «se porte bien» et va regagner son domicile

Un malaise qui n’était pas dangereux, qui n’était pas grave, selon des sources hospitalières.

L'ancien chef de l'État a encore passé une nuit dans la clinique privée de Bamako où il avait été admis. Son entourage se veut aujourd’hui rassurant : « Il se porte bien, il a fait toutes les analyses, tous les examens. » Son médecin personnel, qui le suit depuis plusieurs années, n’est pas loin de lui.

Français

Mali : Ibrahim Boubacar Keïta hospitalisé

L’ancien chef de l’État malien a été transporté mardi 1er septembre en fin de journée à la clinique Pasteur, un établissement privé de Bamako désormais sécurisé par les hommes du Comité national pour le salut du peuple (CNSP).

Selon nos sources, il aurait été victime d’un malaise, dont les symptômes rappellent ceux d’un accident vasculaire cérébral.

Français

Le Mali suspendu de la Francophonie après le coup d'Etat

Après le coup d'Etat perpétré le 19 août à Bamako, l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) a suspendu mardi le Mali de ses instances. 

Cette décision a été prise lors d’une session extraordinaire du Conseil permanent de la Francophonie (CPF), réuni en visioconférence sous la présidence de Louise Mushikiwabo, Secrétaire générale de la Francophonie, a annoncé l’OIF dans un communiqué.

Français

Mali: la junte propose une transition de trois ans avec une direction militaire

La junte, au pouvoir Mali depuis qu'elle a renversé le président Ibrahim Boubacar Keita le 18 août, souhaite qu'un organe de transition dirigé par un militaire soit mis en place pour une période de trois ans, selon des sources internes à la junte et à la Cédéao.

Des informations qui surviennent à l'issue de 48h de pourparlers avec entre l'organisation ouest-africaine, venue en délégation à Bamako, et les officiers du Conseil national pour le salut du peuple.

Français

Les États-Unis ne sont pas sûrs si ce qui s’est passé au Mali est un coup d’État

"Par rapport à ce qui s’est passé au Mali, nous sommes en train d’analyser les normes juridiques pour déterminer si oui ou non on peut qualifier cela de coup d’État", a déclaré vendredi J. Peter Pham, l’envoyé spécial des États-Unis au Sahel.

Ses propos font suite à la révélation par le quotidien Washington Post que certains des officiers qui ont renversé le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, 75 ans, avaient été formés aux États-Unis.

Français

Pages

S'abonner à RSS - Assimi Goita