Back to top

Libreville

CAN 2017 : Sénégal-Cameroun à suivre en direct dès 20 heures !

Alors que de nombreux observateurs jugent cette CAN morose, en manque cruel de spectacle et de jeu, ce quart de finale pourrait les réconcilier avec le football africain. En effet, à Franceville, ce sont deux des équipes les plus séduisantes du tournoi qui s'affrontent : le Sénégal et le Cameroun (20 heures). Les deux nations s'étaient affrontées une fois dans la CAN : c'était lors de la finale 2002 et les Sénégalais s'étaient inclinés aux tirs au but (0-0, 2-3).

CAN 2017 : le Gabon accroché par la Guinée-Bissau

Les Panthères du Gabon ont été tenus en échec par les Lycaons samedi en match d’ouverture de la Coupe d’Afrique des Nations 2017, joué au stade de l’Amitié, à Libreville, la capitale gabonaise.

L’espoir était grand du côté des Gabonais qui accueillent la compétition surtout après l’ouverture du score Pierre-Emerick Aubameyang à la 54e minute.

Gabon : 500 milliards Fcfa détourné par un Ministre

L’ancien ministre de l’Economie, du Commerce, de la Promotion de l’Investissement, cheville ouvrière d’Ali Bongo Ondimba et de Maixent Accrombessi, Magloire Ngambia a été incarcéré à la prison centrale après son audition, 48 heures plus tôt, par les services de la Direction générale des recherches (DGR), mardi 10 janvier à Libreville. La justice gabonaise a signé un mandat de dépôt qui mentionne qu’il aurait détourné plus de 500 milliards de francs CFA de fonds publics, soit 760 millions d’euros.

Tirage au sort de la CAN 2017 : Bongo et Hayatou en préambule

Les 16 meilleures équipes africaines ont rendez-vous au Gabon du 14 janvier au 5 février prochain pour la 31e édition de la Coupe d'Afrique des nations, une compétition qui sera à suivre sur Le Point Afrique, et qui comporte toujours son lot de surprises et de révélations. Et, en attendant de savoir qui va succéder à la Côte d'Ivoire, tenante du titre, les 16 pays attendent avec impatience de connaître leur programme.

Gabon : Vers la création d'un gouvernement parallèle

Même si la journée de recueillement du 6 octobre a été, diversement, suivie, à Libreville et à Port-Gentil, notamment, à cause du harcèlement du gouvernement sur les agents de l'Etat, et des forces de défense et de sécurité sur les populations, dont le patron direct n'est autre que le président de la République, lui-même, devenu ministre de la Défense, à travers le secrétaire général de la présidence, Jean Ping peut se satisfaire de ce que le peuple gabonais est à son écoute.

Pages

S'abonner à RSS - Libreville