Gabon : 500 milliards Fcfa détourné par un Ministre

Mercredi, 11 janvier, 2017
© Sercom APRnews Photo 500 milliards Fcfa Détourné par un Ministre

L’ancien ministre de l’Economie, du Commerce, de la Promotion de l’Investissement, cheville ouvrière d’Ali Bongo Ondimba et de Maixent Accrombessi, Magloire Ngambia a été incarcéré à la prison centrale après son audition, 48 heures plus tôt, par les services de la Direction générale des recherches (DGR), mardi 10 janvier à Libreville. La justice gabonaise a signé un mandat de dépôt qui mentionne qu’il aurait détourné plus de 500 milliards de francs CFA de fonds publics, soit 760 millions d’euros.

Le très influent ministre de l’économie et de la Promotion des Investissements, Magloire Ngambia qui a fait les beaux jours dès l’entame du mandat présidentiel décrié d’Ali Bongo Ondimba a fini son ascension fulgurante dans les geôles de la prison centrale de Libreville, accusé pour un détournement de fonds de près 760millions d’euros. Il s’agit de l’homme fort du régime qui est secoué par cette énième affaire de détournements des fonds publics.

Il faut rappeler que ce natif d’Osskama, village situé à 7 km d’Akieni dans la province du Haut-Ogooué, avait occupé les très stratégiques portes-feuilles ministériels de l’Économie, du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme et ancien ministre de la Promotion des investissements, des Transports, des Travaux publics, de l’Habitat, du Tourisme et de l’Aménagement du territoire

La nouvelle a fait le buzz hier sur la toile. En effet, l’arrestation après l’audition de la DGR de l’ancien ministre de l’Économie a été bien attestée ce 10 janvier par le Tribunal de première instance de Libreville. Ce mandat de dépôt, à tout point de vue a été bien établi par le juge d’instruction, avec une ordonnance qui stipule l’incarcération de Magloire Ngambia.

« Nous, Hortense Ngossanga, premier juge d’instruction au tribunal de première instance de Libreville, en charge du premier cabinet, mandatons et ordonnons à tous les huissiers ou agents de la force publique, de conduire et déposer dans la maison d’arrêt de cette ville, le nommé Ngambia Magloire, né le 2 avril 1971 à Mounana (…) domicilié à Sablière et se dit jamais condamné », indique le mandat de dépôt, relayé sur les réseaux sociaux.

Pour rappel, c’est l’une des pièces maîtresses du système d’Ali Bongo Ondimba qui se voit enfin condamné par la justice gabonaise. Celui qui avait été remercié dans le gouvernement Ona Ondo II, le vendredi 11 septembre 2015, suite au manque de résultats criards sur la question des nouveaux investisseurs au Gabon. Ce, après de nombreux voyages chers payés par le Trésor public, aux frais du contribuable gabonais. Mais aussi, suite à l’échec cuisant des travaux du ’’Champ Triomphal’’. Une autre condamnation serait dans le visuer, cette fois-ci pour l’ancien ministre du Pétrole, Etienne Ngoubou, limogé lors du dernier remaniement ministériel.

Il faut souligner que la plupart des sources judiciaires et gouvernementales contactées pour recouper cette information judiciaire se sont défaussées. Tout en affirmant pince-sans-rire et certaines avec des pincettes, la grande probabilité de l’incarcération de Magloire Ngambia à la prison centrale de Libreville. Qui selon d’autres sources autorisées serait l’exemple emblématique, sinon le modèle gabonais des détournements de fonds publics pour des projets budgétisés qui n’on jamais vu le jour à ce jour sous le dernier septennat d’Ali Bongo.

Est-ce la levée du bouclier sur les sempiternels détournements des fonds publics et de l’enrichissement illicite perpétués par les ’’Hommes du Président’’ du pouvoir Bongo-PDG qui règne au Gabon depuis 1968 ? Ou c’est tout juste une chasse aux sorcières de ceux qui avaient les grâces de l’ancien directeur de cabinet d’Ali Bongo, le tristement célèbre Raspoutine béninois-gabonais, Maixent Accrombessi ?

Affaire à suivre donc !

Articles récents - Ecofinance