Vous êtes ici

Back to top

APRNEWS : Visas Schengen- Voici les changements annoncés

Français

Visiter et rester au sein de l’Union européenne coûtera bientôt plus cher. En effet, le prix du visa Schengen pour les demandeurs adultes passera bientôt de 80 à 90 euros, pour un séjour de type court (visa C). Une hausse de 12% attendue à partir du 11 juin prochain, comme l’a confirmé le ministère slovène des Affaires étrangères et européennes.

Cette hausse ne concernera pas que les adultes, puisque visiter l’Europe coûtera aussi plus cher pour les enfants, âgés de 6 à 12 ans. Toujours selon le ministère slovène des Affaires étrangères et europénnes, le prix du visa passera de 40 à 45 euros pour les plus jeunes. Cette annonce pourrait supposer une hausse des frais de service associés aux entreprises chargées de gérer les demandes de visas.

Les tarifs des visas pour Schengen augmentent

Plusieurs raisons expliquent cette hausse soudaine des tarifs. En effet, une révision des frais de gestion des visas a en fait lieu tous les trois ans, comme le veut le code des visas de l’Union européenne. À cela, s’ajoute la hausse dramatique des prix sur le continent, à cause d’une inflation galopante et enfin, la nécessité de payer les fonctionnaires, qui sont aussi de plus en plus en plus nombreux.

La dernière hausse du prix des visas Schengen remonte à 2020. À l’époque, les prix étaient passés de 60 à 80 euros au total. Cela n’a toutefois pas empêché les visiteurs d’être de plus en plus nombreux à demander le précieux sésame. Entre 2022 et 2023, on a ainsi observé une hausse de 37% du nombre de demandes, à 10.3 millions au total… Bien loin toutefois des chiffres pré-pandémie. En 2019, ce sont 17 millions de demandes qui ont été effectuées.

L’ESS et l’ETIAS, bientôt en vigueur

Enfin, cette demande pourra se faire de manière totalement dématérialisée. À partir de 2025, les personnes qui souhaitent visiter l’Union européenne pourront effectuer les démarches pour obtenir un visa électronique. Un e-Visa qui facilitera la vie de millions de demandeurs. L’UE a également annoncé l’arrivée prochaine de nouveaux dispositifs, notamment l’EES et l’ETIAS, qui permettra aux voyageurs de certains pays d’enregistrer leurs données personnelles afin de pouvoir entrer.