Vous êtes ici

Back to top

APRNEWS: La droite et l’extrême droite se déchirent après l’annonce de Macron

Français

Le président français Emmanuel Macron a pris une décision historique dimanche dernier en annonçant la dissolution du Parlement. Cette mesure radicale fait suite à une victoire écrasante de l’extrême droite aux élections européennes, où près de 40 % des électeurs ont soutenu des partis d’extrême droite, dont 31,5 % ont choisi le Rassemblement national, dirigé par le jeune leader Jordan Bardella. Macron a déclaré que cette dissolution visait à redonner la parole au peuple français, en convoquant de nouvelles élections législatives les 30 juin et 7 juillet prochains.

Cette annonce a immédiatement suscité des réactions passionnées au sein du spectre politique français, particulièrement entre la droite traditionnelle et l’extrême droite. Marine Le Pen, figure de proue de l’extrême droite et rivale de longue date de Macron, a rapidement salué l’opportunité que cette nouvelle élection pourrait représenter pour son camp, affirmant que son parti était « prêt à exercer le pouvoir ».

Cependant, au sein du parti Les Républicains (LR), la situation est loin d’être harmonieuse. Eric Ciotti, le président des Républicains récemment exclu, a été particulièrement vocal, affirmant sa légitimité malgré l’opposition interne et externe. Sa position a provoqué une scission notable au sein des LR, avec plusieurs membres clés se désolidarisant de sa ligne, préférant soutenir une coalition des droites moins radicale.

Marion Maréchal, autre figure de l’extrême-droite, a pris ses distances avec Eric Zemmour de Reconquête, critiquant sa stratégie de présenter des candidats en opposition directe à cette coalition. Elle a co-signé un communiqué appelant à privilégier l’intérêt national sur les divisions partisanes, soulignant les tensions croissantes entre les différents courants de la droite française. Elle a finalement été exclue du parti par Zemmour.

Les Républicains, de leur côté, semblent être en pleine crise identitaire. Le parti a décidé de réinvestir ses députés sortants pour les législatives, sauf pour Ciotti et quelques autres, illustrant une fracture profonde sur la manière de répondre à la montée de l’extrême droite. Cette exclusion a suscité des déclarations fortes de la part de figures comme Xavier Bertrand et François Copé, soulignant un besoin urgent de réforme et d’unité.

La réaction de Macron à ces développements est également cruciale. En plaidant pour une « majorité claire pour agir dans la sérénité », il reconnaît implicitement les défis posés par cette nouvelle configuration politique. L’avenir politique de la France semble incertain, avec des lignes de fracture non seulement entre les partis traditionnels et l’extrême droite, mais aussi au sein même des familles politiques historiques.