Vous êtes ici

Back to top

Soudan : Deux ans dans un centre correctionnel pour Omar El Béchir

Illustration Aprnews - Omar El Béchir - Condamnation
Samedi, 14 décembre 2019

Soudan : Deux ans dans un centre correctionnel pour Omar El Béchir

Après 30 ans pouvoir suivi de sa destitution en avril dernier, Il s’agit de la première décision de justice visant l’ancien homme fort du Soudan. 

M. Béchir est apparu samedi matin devant le “tribunal spécial”, écoutant le verdict debout dans une cage métallique et vêtu de sa robe blanche traditionnelle et de son turban, après avoir été amené de la prison de Kober à Khartoum où il est détenu depuis son éviction du pouvoir.

Un important dispositif de sécurité était visible dans les rues de Khartoum pour empêcher tout débordement de violence de la part de partisans de M. Béchir, arrivé au pouvoir en 1989 par un coup d’Etat soutenu par les islamistes.

A l’extérieur du tribunal, plusieurs dizaines de partisans de l’ex-président on manifesté leur mécontentement après le verdict en scandant: “Il n’y a de dieu que Dieu”. Des centaines d’autres manifestaient aussi dans le centre-ville de Khartoum contre les nouvelles autorités

 

Dans ce procès qui a commencé depuis août, et qui concerne des fonds perçus de l’Arabie saoudite, M. Béchir encourait jusqu‘à 10 ans de prison. Samedi, il a été déclaré coupable de “corruption” et “possession de devises étrangères”. 

Le juge Al-Sadeq Abdelrahmane a expliqué que l’ex-président serait placé dans un centre correctionnel pour les personnes âgées, car selon la loi soudanaise, toute personne âgée de plus de 70 ans ne peut être placée en prison.

Ce premier procès n‘évoque pas les lourdes accusations portées depuis une décennie contre M. Béchir par la Cour pénale internationale (CPI), qui a émis contre lui deux mandats d’arrêts pour “crimes de guerre”, “crimes contre l’humanité” et “génocide” au Darfour.