Vous êtes ici

Back to top

La ville ou vous pouvez vivre sans politique, sans religion et sans argent

Apr-News / La ville ou vous pouvez vivre sans politique, sans religion et sans argent
Jeudi, 8 novembre 2018

La ville ou vous pouvez vivre sans politique, sans religion et sans argent

APRNEWS - Qui ne rêverait pas d’échapper à son quotidien, aux problèmes d’argent, au système religieux ou politique de son pays surtout si ceux-ci s’avèrent être en totale inadéquation avec sa vision de la vie ? Le lieu dont nous rêvons presque tous existe bel et bien ! C’est une ville nommée Auroville et qui se situe en Inde et il n’y existe ni système politique, ni religieux ni même de système monétaire et celle-ci est très cosmopolite. Le rêve assuré !

Auroville – Ville de l’idéal humain ? 

Auroville a vu le jour en 1968 au nord de Pondichéry en Inde et est issue de « l’idée » ou plutôt du concept de Sri Aurobindo, philosophe indien et deMirra Alfassa, une française née Mirra Richard et aujourd’hui surnommée « la Mère » par les Aurovilliens et tous ceux connaissant l’histoire de cette ville où une poignée d’occidentaux se sont lancés le défi si ce n’est le désir ardent, de vivre sans politique, sans religion ni même nationalité ou système monétaire afin de créer une nouvelle humanité.

Et justement, une des conditions pour pouvoir y vivre est de renoncer à toute religion ou parti politique tout en y trouvant sa propre place en se consacrant quasi exclusivement à son élévation intérieure. Que demande le peuple ?

Au tout commencement avant que les « colons » ne viennent s’y s’installer, Auroville faisait seulement office d’un lieu aride et désertique avant de pouvoir y voir des arbres plantés, des puits creusés et des habitations s’y construire. Aujourd’hui la ville compte plus de 2000 Aurovilliens issus de cinquante pays qui évoluent dans la vie de tous les jours au sein de 35 unités de travail comprenant les domaines de l’éducation, la santé, l’agriculture, l’informatique, l’artisanat, etc.

Lieu où quiconque irait y rechercher et cultiver la conscience divine, on y pratique principalement la méditation, le yoga et les médecines alternatives même si le travail manuel servant en partie à fabriquer des produits locaux constitue également une part importante de la vie sur place.

Soutenue par l’UNESCO
Bien avant sa création en 1966, L’UNESCO (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) avait ratifié des résolutions de soutien à Auroville incitant les états membres et les organisations non gouvernementales internationales à participer au développement de cette villeen tant que canton culturel international visant à rassembler les valeurs de différentes cultures et civilisations dans un environnement propice à un niveau de vie intégré qui correspond aux besoins physiques et spirituels de l’homme ; faisant office de modèle écologique et humain induisant parfaitement par ses valeurs et son approche, la régénération de l’environnement, le développement durable, l’alimentation saine, l’approche holistique de la santé et le respect de l’individu.

Comment devenir Aurovillien ?

« Auroville n’appartient à personne en particulier, elle appartient à toute l’humanité dans son ensemble ». Si vous êtes empreint d’un de ce genre d’idéaux, Auroville est faite pour vous !

Mais attention, même s’il n’est absolument pas obligatoire d’être un fervent adepte de Sri Aurobindo ou de la Mère, les créateurs d’Auroville, pour être autorisé à y vivre, le lieu ne peut convenir sur le long terme à ceux qui n’en partagent pas la philosophie.
Car évidemment, ne s’installe pas à Auroville qui veut ! Celui ou celle qui souhaite intégrer cette « communauté » sera d’abord convié à s’y rendre en tant qu’hôte pour un minimum de trois mois, à l’issue desquels il pourra présenter officiellement sa demande à l’Entry Group, en charge d’apprécier ou non, sa motivation à contribuer à l’accession de l’unité humaine où les valeurs de celle-ci auraient une importance infiniment plus élevée à celle de la position sociale ou des richesses matérielles.

Avec Santé plus Mag