Vous êtes ici

Back to top

Côte d’Ivoire : Média, un journal dans le viseur

Aprnews - Mabri Toikeusse - Actualite - Abidjan - Cote d'Ivoire
Mardi, 24 mars 2020

Côte d’Ivoire : Média, un journal dans le viseur

À la une de son journal du 19 mars 2020, l’Essor ivoirien titrait : « Déstabilisation de la Côte d’Ivoire, Mabri Toikeusse prépare une insurrection meurtrière, depuis Danané. Toutes ses connexions avec le rebelle Prince Johnson du Liberia. Le rôle joué par son chef de cabinet »

L’Observatoire de la liberté de la presse, de l’éthique et la déontologie (OLPED) et le Conseil exécutif provisoire du Cénacle des Journalistes Séniors ont condamné ce journal pour ses « manquements graves à l’éthique et la déontologie et aux règles professionnelles fondamentales du journalisme », à travers un communiqué produit le lundi 23 mars 2020.

Il est reproché au quotidien d’avoir commis quatre fautes lourdes que sont : le déséquilibre de l’information ; l’incitation à la violence ; l’incitation à la révolte et l’incitation au crime.
Selon les entités, le journal indexé est coutumier de ce type de vitrines, d’articles, de dérives et dérapages.

Des exemples, dans les colonnes de son édition n° 64 du 19 mars 2018, il écrit : « Menace contre le président Ouattara. Cet homme est maudit… Et doit fermer sa sale gueule » Tiken Jah est en pleine descente aux enfers ce n’est pas en imitant le style Burning Spear, qu’on se croirait grand artiste.

À sa une de mai 2019 : « Tournée d’intoxication de Soro dans le Nord ivoirien - Vigilance ! Vigilance ! Distributions des armes dans le grand Nord - les grandes oreilles de la République devraient ouvrir les yeux », illustrés avec la photo de Soro Guillaume Kigbafori.

Ceci  « parfait une illustration du militantisme politique drapé dans le manteau du journalisme professionnel, qui jette un lourd discrédit sur l’ensemble de la presse ivoirienne et a fini par faire peser sur celle-ci le qualificatif peu honorable de ‘’presse de la haine’’ » souligne le communiqué.

Le tribunal des pairs, l’OLPED et le Conseil exécutif provisoire du Cénacle des Journalistes Séniors « condamnent avec force, et sans réserve, ces fautes professionnelles que commet régulièrement L’Essor ivoirien»

La rédaction APRNEWS
Awa Tee