Vous êtes ici

Back to top

Côte d’Ivoire : Koua Justin libéré

apr-news-Koua Justin libéré
Vendredi, 21 septembre 2018

Côte d’Ivoire : Koua Justin libéré

APRNEWS- Le président de jeunesse de la plateforme politique d’opposition « Ensemble pour la démocratie et la souveraineté, EDS » Koua Justin, a été libéré ce jeudi après avoir été interpellé la veille pour être entendu sur des propos tenus lors d'un meeting à Anono, un village Ebrié de Cocody.

Dès son interpellation dans l'après-midi de mercredi, la toile s'est enflammée et les jeunes de l'opposition ont lancé des mots d'ordre de mobilisation pour la libération de leur "patron".

Dans une déclaration du président par intérim de la JEDS Dahi Nestor, ce dernier a mis en garde le gouvernement, le tenant pour "responsable des débordements" qui pourraient être enregistrés suite au sort réservé à Koua Justin. 

La mobilisation a été maintenue jeudi matin au Plateau où quelques militants de l'opposition se sont rassemblés pour exiger la libération de leur chef. Des informations ont circulé sur les réseaux sociaux annonçant l'enlèvement de Koua Justin après son audition à la préfecture de police.

C'est aux environs de 11h que sa libération a été annoncée. Son avocat Me Dadjé Rodrigue, cité par un confrère, a expliqué les conditions de son arrestation. 

«Justin Koua a été interpellé hier par le CCDO devant sa porte et conduis à la Préfecture de police où il a été entendu en ma présence pour atteinte à la sûreté de l état et offense au Chef de l'Etat relativement a son discours pendant le meeting de la JEDS. Il est resté à la Préfecture de Police hier nuit et vient d être libéré aujourd'hui. Je suis soulagé car notre pays à besoin aujourd'hui d'un vrai jeu démocratique qui doit se mettre en place mais dans le respect des uns et des autres», a déclaré Me Rodrique Dadjé.

Pour rappel, lors du meeting tenu samedi dernier, Koua Justin a interpellé le président ivoirien Alassane Ouattara sur la nécessité d’une réforme de la Commission électorale indépendante (CEI).

« Nous voulons la refonte de la CEI. Si nous n’avons pas une nouvelle élection, ce n’est pas évident que nous ayons les élections le 13 octobre. Oui ce n’est pas évident. D’ici là Dramane va nous appeler pour discuter et je lui dis de se presser pour appeler les Pr Georges Ouégnin et Sangaré Aboudramane. Et s’il ne se presse pas il sera dépassé par les événements (…) Dramane sera dépassé par les événements qui arrivent s’il n’appelle pas le FPI au dialogue. Nous allons faire porter à Dramane ses habits de deuil s’il ne les appelle pas pour la refonte de la CEI. Et nous allons le conduire à sa dernière demeure. C’est son caleçon qui est gros sinon y’a rien dedans», avait-t-il martelé.