Vous êtes ici

Back to top

Côte d’Ivoire : Covid-19, condamnation avec sursis, la justice doit taper plus fort

Aprnews - Tribunal - Covid-19 - Actualité - Santé - Abidjan - Côte d'Ivoire
Vendredi, 24 avril 2020

Côte d’Ivoire : Covid-19, condamnation avec sursis, la justice doit taper plus fort

En Côte d’Ivoire, depuis l’instauration de l’état d’urgence et du couvre-feu, avec leur chapelet de mesures barrières instaurées par le Conseil national de sécurité (CNS) le 16 mars 2020, plus les jours passent, et plus il devient difficile de dénombrer le nombre de personnes interpellées pour violation d’une telle ou d’une telle autre mesure barrière.

Couvre-feu, interdiction de grandes cérémonies festives, fermeture de bars et de maquis, port de masques obligatoire à Abidjan, interdiction de sortir du grand Abidjan, respect de la distanciation sociale ou encore, limitation du nombre de passagers dans le transport public, toutes ces mesures sont violées.
Ce qui pourrait expliquer cette tendance à violer les mesures barrières, c’est la faiblesse des sanctions infligées par la justice. La grande majorité des contrevenants interpellés, sont moralisés et priés de rentrer chez eux. C’est le cas des 292 personnes interpellées à Attingué (sur l’autoroute du Nord), entre le jeudi 9 et le samedi 11 avril 2020, alors qu'elles tentaient de sortir d’Abidjan en contournant les corridors des FDS.

“ Des condamnations fermes de Emma Lohoues, Le Molare, Eudoxie Yao (…) auraient marqué les esprits “

Les fois où la justice a voulu se montrer sévère contre des réfractaires aux mesures barrières, elle n’a infligé que de petites peines avec sursis, assorties d’amendes allant de 100 mille F CFA à 3 millions F CFA.
À ce jour, aucune peine d’emprisonnement ferme n’a été prononcée contre un contrevenant aux mesures barrières. Pourtant, vue la gravité de la crise sanitaire que traverse le pays, la justice devrait, pour mettre tout le monde dans les rangs, commencer à sanctionner avec des peines d’emprisonnement fermes. Cela aurait été dissuasif.

Pour marquer les esprits, les juges auraient même pu commencer le lundi 20 et le mardi 21 avril 2020 avec Emma Lohoues et ses invités à son anniversaire. Car, seul Dieu sait combien sont les Ivoiriens qui, comme eux, continuent d’organiser nuitamment des fêtes privées, avec la même insouciance, dans un pays où le nombre de cas du Covid-19 ne cesse de grimper. Ce jeudi 23 avril 2020, le pays totalise 1004 cas confirmés de Covid-19, dont 359 guéris et 14 décès.

La rédaction APRNEWS
Anne-Marie Kacou