Vous êtes ici

Back to top

Burkina Faso : le retour au pays d'Isaac Zida avorté

Aprnews - le retour au pays d'Isaac Zida avorté - Actualité - Burkina Faso
Vendredi, 25 septembre 2020

Burkina Faso : le retour au pays d'Isaac Zida avorté

Candidat du Mouvement patriotique pour le Salut pour l’élection présidentielle de novembre 2020 au Burkina, Isaac Zida, en exil au Canada, ne pourra pas prendre part à son investiture prévue ce vendredi 25 septembre 2020 à Ouagadougou. Dans le communiqué ci-après, l’ancien Premier ministre dit être obligé d’annuler son arrivée au regard de la situation délétère qu’aurait engendrée son retour au Burkina Faso

"C’est avec regret que j’informe les militants et sympathisants du Mouvement Patriotique pour le Salut (MPS) ainsi que les partis amis et tous ceux qui nous attendaient ce vendredi 25 septembre 2020 à Ouagadougou, que pour des raisons indépendantes de ma volonté je suis obligé d’annuler cette arrivée.

J’ai pris cette décision amère au regard de la situation délétère qu’aurait engendrée mon retour au Burkina Faso et sur l’insistante demande de personnalités très respectables qui nous ont toujours conseillé. Ces personnes qui ont su mériter toute mon admiration et mon profond respect, n’ont jamais ménagé aucun effort pour soutenir mes convictions, et ont même parfois consenti d’énormes sacrifices pour la cause de notre pays ; aussi je me sens moralement tenu d’adhérer à leur opinion sur la question. Dans la vie de chacun d’entre nous, il existe des personnes à qui nous ne pourrons jamais rien refuser ; Cette situation est assez complexe certes, mais très loin d’entamer ma détermination et mon engagement politique. J’y trouve une occasion de consolider mes repères et mes assurances.

Je suis un homme épris de paix et je crois sincèrement que notre nation dans le contexte d’insécurité aggravé où elle se trouve actuellement se passerait bien des querelles entre ses filles et fils. J’ai donc décidé d’œuvrer en faveur de la paix tout en montrant ma ferme volonté de rentrer chez moi sous mon statut d’ancien Chef d’Etat et cela dans un climat apaisé. J’ai déjà servi mon pays au risque de ma vie et je suis une fois de plus disponible à servir ma patrie, aujourd’hui d’ailleurs mieux qu’hier.

À tous mes sympathisants, vous qui avez cru en moi et à l’idéal de notre parti le MPS, j’insiste sur la nécessité d’œuvrer inlassablement pour la paix et la quiétude de nos compatriotes. Je voudrais vous préciser qu’il ne s’agit que d’un report en vue d’une arrivée dans la dignité qui honorera le MPS notre parti.

Je vous demande donc de garder intacte votre engagement votre détermination ainsi que votre attachement à l’ordre républicain pour lequel il y a de cela cinq années, en septembre 2015, la majorité d’entre vous s’est battue farouchement tout en assistant impuissants à la fin tragique de certains camarades. Il faut dès maintenant que notre grand parti le MPS soit reconnu de tous comme étant un parti certes de jeunes, mais surtout de personnes matures qui ont choisi de faire briller le Burkina Faso.

Notre cause est celle de nos populations à qui nous promettons la paix, la sécurité la cohésion et le développement. Notre vision et nos actions sont inscrites à jamais dans cet objectif. Nous ne céderons à aucune provocation parce que nous sommes et demeurerons ceux qui bâtissent et non ceux qui détruisent.

Je félicite les responsables du MPS pour les initiatives entreprises auprès des autorités de notre pays. Ils se sont brillamment acquittés d’une obligation morale éthique et républicaine pour laquelle ils n’étaient tenus à aucune obligation de résultat. Je les encourage par conséquent à toujours maintenir leur disponibilité au dialogue constructif qui est la marque des grands leaders.

Chères militantes et chers militants, c’est sur ce, que je vous souhaite un excellent premier congrès extraordinaire du Mouvement Patriotique pour le Salut (MPS) qui marque l’investiture de votre candidat à la présidentielle et je prends rendez-vous avec chacune et chacun d’entre vous bientôt pour des orientations autour de notre projet d’un Burkina meilleur."

Avec Lefaso .net