Vous êtes ici

Back to top

Cameroun : A qui doit-on les échecs (réels) du Cameroun

Vendredi, 28 septembre 2018

APRNEWS- C’est très facile de se promener et crier sur tous les toits, 35 ans ça suffit ! Toi qui crie, tu as fait quoi tout ce temps.

Parler des autres, critiquer c’est facile. Ceux qui ont été une fois au pied du mur, savent ce que c’est que diriger une nation tel que le Cameroun. Un grand pays avec d’énormes variétés.

Tout le monde a sa place au Cameroun. Heureusement que le fauteuil présidentiel n’est pas un banc. 

Tout le monde veut être président. Seulement, il faut le mériter.

La première des choses est de présenter un minimum de patriotisme, ensuite de l’intégrité. S’en suit un programme de société réaliste.

Jusqu’à présent, notre pays a su se maintenir aussi bien sur le plan socio-politique qu’économique. 

Laissez les aigris parler. 

Comme si les routes dégradés étaient extraordinaires (les routes ont une durée de vie), comme si le nombre d’étudiants dépendant de Paul Biya. (Même la France a des difficultés à caser ses bacheliers) etc …

Après 36 ans au pouvoir, ce n’est pas Paul Biya qui se bat pour rester au pouvoir. Dans tous les cas, il s’agit d’une élection. Il suffira pour les détracteurs d’inviter démocratiquement les candidats à voter autre candidat que Biya. Tout simplement. Qu’on arrête de publier n’importe quoi sur la toile.

Autre chose, le Cameroun est le numéro 2 en matière de corruption. Et ça, c’est la faute à Paul Biya !

Chaque citoyen est responsable de l’avenir du pays. On peut être inventeur, chercheur, économiste pour rehausser l’image de notre pays, sans être président.