Vous êtes ici

Back to top

Cameroun : L’expression d’un peuple, la persistance d’une volonté

Vendredi, 28 septembre 2018

APRNEWS- Il y a des aspects persistants dans la vie des nations. Par exemple le choix des dirigeants, le choix du parti politique etc…Bien que dans ces certaines contrées ces choix sont l’objet de changement, dans d’autres ils sont persistants. 

Au Cameroun, le choix du RDPC et sa victoire écrasante lors des élections présidentielles, législatives et régionales est l’un des aspects persistants de la vie politique. 

Pourquoi ? Est-ce de la dictature. Est-ce que les camerounais ne savent pas reconnaitre ce qui est bon ou mauvais pur eux ? Le RDPC triche-t-il lors des élections ? Paul Biya est-il un dictateur ?

Un peu de bon sens, un peu de recul face à ceux qui veulent faire avaler que la longévité au pouvoir c’est la dictature, permet de répondre aisément à ces questions. Il n’y a pas de dictature au Cameroun, les camerounais sont assez mûrs politiquement et sont libres d’opérer leurs choix.

Tout près de nous, en 2004, Popaul a pu enrôler sept fois plus de camerounais que son adversaire John FruNdi. En 2011, huit fois plus de camerounais ont porté leur choix sur Popaul. Même quand on n’aime pas lièvre, il faut reconnaitre qu’il cout vite. C’est normal qu’il y ait des opposants, du moins au Cameroun, république démocratique. C’est normal que certains n’aiment pas Popaul, c’est normal qu’il y ait des politiques dont l’objectif premier est de berner les camerounais. Bon, bref. Cela fait partie de la démocratie, de la liberté d’expression dont notre pays est si fier.

Un constat s’impose : le peuple camerounais est avec le PDPC depuis des décennies. Les performances électorales et les projections électorales sont en faveur de popaul et du RDPC. 

Parc contre, nous partisans de Paul Biya, ne devront pas dormir le jour des élections, mais montrer au monde entier que nous le soutenons tous, vieux, jeunes, hommes et femmes.

2004 sept fois plus que le suivant, 2011 huit fois plus, 2018 neuf fois plus certainement