Back to top

Ali Bongo Ondimba

Gabon : Les millions bloqués du lobbyiste qui portait les valises d’Ali Bongo

Les autorités américaines ont séquestré un demi-million de dollars sur les comptes du lobbyiste américain Joseph Szlavik. Ce dernier est soupçonné d’avoir transféré illégalement des fonds aux Etats-Unis, dont certains depuis la Suisse, pour régler des dépenses du président gabonais Ali Bongo et de ses proches entre 2010 et 2013.

Gabon : Les coucous de Jean Ping au président Macron

Jean Ping continue de s'opposer à Ali Bongo Ondimba à Libreville, mais il garde un œil attentif sur ce qui se passe à Paris avec l'investiture d'un nouveau président de la République. Il refuse toujours de reconnaître la réélection de M. Bongo au scrutin présidentiel du 27 août et avait félicité dès dimanche dernier Emmanuel Macron pour son élection, se présentant comme à son habitude comme « le président élu » du Gabon.

Gabon : Ping dément avoir été invité à l'Elysée

Le peuple gabonais se réjouissait du fait que le nouveau président français ait invité Jean Ping, président élu du Gabon à son investiture. C’était là, à leur yeux, la preuve qu’Emmanuel Macron invalidait le passage en force d’Ali Bongo au pouvoir. Le peuple était aux aguets pour être au fait des ouvertures de cette rencontre. Pour cela, il va falloir attendre encore un peu, car la nouvelle vient de tomber, le président Macron n’a jamais invité Jean Ping à prendre part à la cérémonie de son investiture.

Jean Ping, "Président élu du Gabon", invité à l'investiture d'Emmanuel Macron

Nouveau coup dur pour Ali Bongo et ses soutiens qui sont désormais marqués par le saut de l'illégitimité et de l'illégalité de son accession à la magistrature suprême gabonaise. Après la douche froide de la Mission d'observation de l'Union européenne et du Parlement européen qui ont qualifié son élection d'illégitime avec un résultat entaché "d'irrégularités évidentes", voici un deuxième camouflet essuyé par Ali Bongo, cette fois-ci infligé par le nouveau Président français.

Gabon : Le dialogue national sapé par le rejet de l'opposant Jean Ping

Depuis l’élection présidentielle du 27 août 2016, le pays est en crise. Le sortant Ali Bongo Ondimba a été déclaré vainqueur dans un chaos total. Son principal adversaire, Jean Ping, s’est proclamé président et refuse le dialogue national lancé par Bongo. Mais une partie de l’opposition a accepté la discussion. 

Gabon : Duel à distance entre Jean Ping et Ali Bongo Ondimba

Je dialogue… moi non plus. À la veille des assises censées dénouer la crise postélectorale, les chances sont minces de voir ABO et Jean Ping s’asseoir autour d’une même table.

Il avait promis de ne rien lâcher. Candidat malheureux à l’élection présidentielle du 27 août 2016, Jean Ping mène depuis sept mois une guerre des nerfs contre Ali Bongo Ondimba (ABO), dont il conteste la réélection.

Gabon : Dialogue national sans Jean Ping

Au Gabon, le dialogue politique voulu par le pouvoir doit s’ouvrir mardi 28 mars. Celui-ci se tiendra sans Jean Ping, le principal opposant du pays, qui se considère toujours comme le président élu. La crise politique née de la réélection contestée d’Ali Bongo n’est donc pas terminée, comme a pu le constater le premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet, lors de son séjour à Paris, où les partisans de Jean Ping ont manifesté sur les lieux de chacun de ses déplacements. Entretien.

Pages

S'abonner à RSS - Ali Bongo Ondimba