Trump nomme son gendre à la Maison Blanche

Mardi, 10 janvier, 2017
© Sercom APRnews Photo Jared Kushner lors de la soirée d’élection du 8 novembre 2016. MANDEL NGAN / AFP

Lundi 9 janvier, Donald Trump a nommé son gendre, Jared Kushner, haut conseiller à la Maison Blanche, officialisant le rôle-clé que joue déjà à ses côtés le riche mari d’Ivanka.

Un communiqué a confirmé lundi soir cette nomination, annoncée quelques heures plus tôt par les médias américains. Ces derniers spéculaient depuis des semaines sur le rôle que le jeune homme d’affaires – il aura 36 ans aujourd’hui – aurait à la Maison Blanche, tant son influence n’a cessé de croître ces derniers mois.

M. Kushner, qui a renoncé à tout salaire pour la durée de ce poste, « a été un atout formidable et un conseiller de confiance pendant toute la campagne et la période de transition et je suis fier de l’avoir dans un rôle clé de mon administration », a déclaré Donald Trump, qui doit faire mercredi sa première conférence de presse depuis son élection.
Jared Kushner, qui n’avait aucune expérience politique avant de devenir le cerveau de la campagne de son beau-père, est le benjamin de la liste des personnes nommées par Donald Trump pour l’aider à diriger les Etats-Unis.

Travail de l’ombre

Lui qui a toujours travaillé dans l’ombre devra œuvrer « en étroite collaboration » avec le très controversé Steve Bannon, conseiller en stratégie et figure de « l’alt-right » proche des nationalistes, et de Reince Priebus, secrétaire général de la Maison Blanche.

Selon certains commentateurs, ce télégénique entrepreneur pourrait même être au-dessus de Bannon et Priebus : tout président a « une ou deux personnes auxquelles il fait intuitivement et structurellement confiance. Jared pourrait bien être cette personne », confiait ainsi récemment l’ex-secrétaire d’Etat Henry Kissinger, qui connaît bien Trump, au magazine Forbes.

La nomination de M. Kushner, riche président de l’entreprise immobilière Kushner Companies, risque d’alimenter les critiques sur la brochette des très fortunés conseillers qui entourent le prochain président, élu en partie sur la promesse de se faire le porte-parole des perdants de la mondialisation. Elle pourrait aussi renforcer les soupçons de conflits d’intérêt et de népotisme.

Une nomination légale ?

Les avocats de M. Kushner estiment cependant que les lois fédérales anti-népotisme, qui interdisent aux responsables des agences fédérales d’engager des membres de leur famille, ne valent pas dans son cas, car la Maison Blanche n’est pas une agence, selon le New York Times.

Avec Le Monde

Articles récents - Actualités